BUREAUCRATIE

BUREAUCRATIE
BUREAUCRATIE

Le mot «bureaucratie» est un des termes clefs du vocabulaire des sciences sociales contemporaines. Autour du problème (ou des problèmes) de la bureaucratie se poursuit depuis près d’un siècle un débat des plus animés. Mais le terme lui-même – et c’est peut-être ce qui a fait sa fortune – n’a pas reçu à ce jour une définition scientifique précise.

L’usage ancien, qui est encore consacré par les dictionnaires, correspond à une définition de science politique: la bureaucratie, c’est le gouvernement par les «bureaux», c’est-à-dire par un appareil d’État constitué de fonctionnaires nommés et non pas élus, organisés hiérarchiquement et dépendant d’une autorité souveraine. Le pouvoir bureaucratique, dans ce sens, implique le règne de l’ordre et de la loi, mais, en même temps, un gouvernement sans la participation des citoyens. Le problème posé par la bureaucratie ainsi comprise est celui d’un choix politique, celui de l’adhésion à un certain mode d’exercice de l’autorité publique, ou du refus de celui-ci.

À côté de cet usage traditionnel relativement précis, un autre, beaucoup plus large et au fond très différent, s’est graduellement imposé. Pour ceux qui l’adoptent, le concept clef est celui de la bureaucratisation , entendue comme rationalisation de toutes les activités collectives; elle se traduit, notamment, par la concentration des unités de production et, en général, de toutes les organisations, et le développement inéluctable de formes d’organisation des tâches et des fonctions caractérisées par l’impersonnalité, la hiérarchie et le contrôle. La bureaucratie est alors conçue comme un type nouveau et plus efficace d’organisation qui tend à s’imposer partout. Le vrai problème n’est plus celui du choix politique (élection ou nomination), mais celui qui est soulevé par l’existence des contraintes techniques auxquelles l’homme doit se soumettre dans toutes les organisations bureaucratiques, qu’elles soient politiques, industrielles, commerciales ou sociales.

Ces deux acceptions du concept sont facilement confondues. La confusion s’accroît par l’intervention d’une troisième signification: celle du langage populaire. Quel que soit le contexte, le mot évoque toujours en effet la lenteur, la lourdeur, la routine, la complication des procédures, l’inadaptation des organisations ou des institutions aux besoins qu’elles devraient satisfaire et les frustrations qu’éprouvent, de ce fait, leurs membres, leurs clients ou leurs assujettis. La charge émotionnelle contenue dans l’acception vulgaire du terme n’a jamais pu être éliminée du débat intellectuel, qui en reste profondément affecté. Aussi une définition vraiment neutre de la bureaucratie n’a-t-elle encore pu s’imposer. On ne peut pas parler de la croissance des bureaucraties comme d’une forme particulière d’institutions: on l’entend, toujours émotionnellement, comme la croissance d’un mal.

De la rencontre et de la confusion de ces trois significations est sorti un des grands cauchemars du monde moderne. Si l’on admet en effet que la montée des formes bureaucratiques est inéluctable, qu’elles déterminent le développement d’un mode de gouvernement non démocratique, qu’elles entraînent un nombre de plus en plus grand d’expériences déshumanisantes comme celles contre lesquelles le public s’insurge instinctivement dans sa critique des bureaucrates, on ne peut que prophétiser la fin de l’actuelle civilisation ou l’avènement d’une crise salvatrice.

Aucun des liens de causalité impliqués dans cet enchaînement trop rigoureux ne peut toutefois être démontré; et l’apport des sciences sociales modernes aura consisté essentiellement à débrouiller la trop sommaire logique qu’a entretenue cette confusion, et à commencer de répondre à partir de meilleures connaissances empiriques aux questions très distinctes que le grand débat soulève: la concentration des activités de production et d’administration dans de grandes organisations est-elle inéluctable? S’incarne-t-elle dans un seul modèle «bureaucratique», ou plusieurs modèles différents sont-ils possibles? Le modèle bureaucratique est-il vraiment le plus efficace? Y a-t-il un lien entre ces formes «bureaucratiques» et la «bureaucratie» que dénonce le citoyen de base? Y a-t-il un lien – et lequel – entre la concentration des organisations et l’évolution du mode d’autorité politique? Quelle est la liberté de l’homme dans le choix des diverses formes d’organisation possibles? Comment peut-on envisager l’évolution de ce point de vue?

Trois grands courants intellectuels se sont successivement affirmés autour de ces interrogations.

Le premier est celui des années 1900-1920. Max Weber en a été l’inspirateur et en a présenté l’expression la plus achevée. À partir d’une théorie sociologique proche de la philosophie de l’histoire et s’appuyant sur une conception parfaitement rationaliste des rapports humains, il nous a donné la première analyse pertinente de l’évolution des formes d’organisation.

Une deuxième vague, intellectuelle, d’orientation plus empiriste, s’est développée aux États-Unis à partir des années trente et en Europe à partir des années quarante. Observant directement le vécu, elle a mis en évidence l’écart considérable entre la théorie et la réalité. Cette analyse des dysfonctions des modèles bureaucratiques a permis de clarifier les frustrations dont témoigne l’usage populaire du mot «bureaucratie».

Depuis les années cinquante, un troisième courant a pris de l’ampleur, qui, soulignant que la réalité n’obéit pas au modèle théorique, s’efforce en outre de comprendre le «système» créé par l’interaction entre des dirigeants cherchant à imposer leur schéma théorique et des dirigés qui le transforment en s’y soumettant. Cette analyse néo-rationaliste permet de replacer les formes bureaucratiques dans un contexte beaucoup plus large et apporte une lumière nouvelle à la fois sur le fonctionnement des organisations et sur leur évolution.

Un tournant plus radical se dessine depuis la fin des années soixante-dix. On découvre que le modèle de société industrielle auquel était associé le succès de l’organisation bureaucratique est en train de s’effacer devant la montée d’un modèle postindustriel dont la logique dominante ne peut plus être la rationalisation. Non seulement on reconnaît l’inefficacité partielle de l’organisation bureaucratique, mais il apparaît désormais indispensable et possible de concevoir des organisations non bureaucratiques qui soient efficaces et rentables. Désormais, pour un nombre croissant d’activités, la ressource humaine devient la ressource rare. Recherches et théories se concentrent désormais sur les conditions de son emploi.

1. L’ «idéal wébérien» et sa critique

La théorie rationaliste

Ce sont les succès de l’État prussien et de la social-démocratie germanique qui, en lui imposant une image hiérarchique de l’organisation des sociétés modernes, ont sensibilisé le monde intellectuel aux problèmes de la bureaucratie. Max Weber, le fondateur de la théorie de la bureaucratie, a été profondément influencé par cette expérience nationale qu’il a, dans une large mesure, cherché à rationaliser. Pour lui, le type idéal (c’est-à-dire le modèle sous-jacent) de toute organisation bureaucratique est fondé, comme l’État prussien, sur la combinaison d’un mode légal et rationnel de contrôle social et d’un mode hiérarchique d’organisation.

La spécificité de l’analyse ne diminue ni la valeur ni l’effet stimulant d’une telle interprétation pour l’intelligence de l’évolution. L’apparition de la bureaucratie est, dans l’ordre de l’action, et spécialement de la politique, la conséquence du «désenchantement» du monde qui caractérise les sociétés modernes. Comme mode de contrôle social, le type idéal rationnel-légal s’oppose au type charismatique et au type patrimonial des sociétés traditionnelles. Il se caractérise par une série de traits qui ont été maintes fois décrits: la continuité (une délimitation impersonnelle des sphères de compétence et des pouvoirs), l’existence d’une hiérarchie des fonctions (leur occupation par des individus spécialement formés), une séparation complète entre vie privée et fonction (l’impossibilité de s’approprier des fonctions et de les transmettre héréditairement), l’existence d’une procédure écrite.

De façon plus synthétique, on peut dire que, pour Weber, l’ordre rationnel-légal impose l’impersonnalité des fonctions, des règles et des procédures, la spécialisation des agents et l’existence d’un système hiérarchique. Cet ordre pourrait être réalisé à travers des formes collégiales d’administration. Mais Weber croit à la supériorité du type bureaucratique pur, c’est-à-dire monocratique; celui-ci lui apparaît comme «le moyen le plus rationnel que l’on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur des êtres humains». Son succès, aussi inévitable que celui des «machines de précision dans la production en série», imposera ce type d’organisation non seulement dans les services publics traditionnels, mais aussi dans les hôpitaux, les grandes entreprises capitalistes, et même les partis politiques et les Églises.

Le réalisme un peu agressif de Weber ne va pas sans arrière-pensées. Le sociologue a clairement perçu les risques de servilité inhérents aux formes bureaucratiques, mais il ne semble avoir été sensible à ce danger que par intermittence. C’est la faiblesse de son analyse, car de telles conséquences morales peuvent jeter des doutes sur l’efficacité de la machine qu’il admire.

À la même époque, un jeune intellectuel syndicaliste, Robert Michels, mettait en évidence cette contradiction en poussant jusqu’aux limites le raisonnement wébérien. Étudiant le mécanisme du pouvoir au sein de la social-démocratie et des syndicats, Michels prétendait tirer de son analyse la nouvelle loi d’airain de l’oligarchie qui régirait toutes les entreprises humaines. Il soulignait ainsi le dilemme dans lequel se trouvent enfermés tous ceux, réformistes ou révolutionnaires, qui veulent opérer de profondes transformations sociales: l’action collective n’est possible qu’à travers des organisations, donc des «bureaucraties», et l’existence de bureaucraties est incompatible avec les buts comme avec les valeurs démocratiques qui, seuls, justifient l’action collective.

Le point faible du raisonnement est naturellement d’avoir dégagé des travaux de Weber cette trop facile déduction: une organisation efficace ne peut être qu’une organisation bureaucratique autoritaire. Mais, curieusement, les penseurs des années d’effervescence de la grande époque révolutionnaire ont partagé avec Weber comme avec Michels une admiration naïve pour l’infaillibilité de la machine bureaucratique. Aussi, au lieu de mettre en cause l’analyse qui révélait les dangers de leur action, ont-ils généralement réagi en amplifiant la contradiction jusqu’à une vision catastrophique de l’évolution des sociétés. Ainsi s’est développé un courant révolutionnaire pessimiste qui a très profondément influencé la pensée sociale et politique du XXe siècle en Occident et qui resurgit, de façon violente encore, à chaque grande crise morale et sociale. De Léon Trotski à Bruno Rizzi et Simone Weil, de C. Wright Mills à Herbert Marcuse, la logique du raisonnement est simple. C’est par les excès mêmes de l’attaque que l’on porte contre une évolution, jugée par ailleurs inéluctable, que l’on s’efforce de conjurer la menace pesant sur l’humanité. Par une sorte de pari désespéré, on grossit la contradiction pour en appeler au dépassement, c’est-à-dire au saut dialectique qui seul permettrait de la résoudre.

Ce courant révolutionnaire n’a naturellement jamais exprimé que des vues politiquement minoritaires, mais sa résonance culturelle est beaucoup plus large, et le succès de livres comme ceux de James Burnham, L’Ère des organisateurs , et de William H. Whyte Jr., L’Homme de l’organisation , qui reprennent ces mêmes thèmes dans une perspective conservatrice, atteste la profondeur de leur influence.

La théorie des dysfonctions

La théorie rationaliste affirmait la supériorité d’une forme d’organisation appelée bureaucratie, qui serait la seule forme capable d’assurer la stabilité et la prévisibilité indispensables au bon fonctionnement d’une société moderne. À partir de cette démonstration, elle s’efforçait de prédire, d’une part les grandes lignes de l’évolution, d’autre part les conditions et les conséquences du succès des nouvelles formes bureaucratiques. La théorie des dysfonctions, apparue aux États-Unis au moment de la grande crise, met en cause la perfection du type idéal wébérien. Elle est fondée sur la découverte de l’écart considérable qui sépare la réalité vécue des activités humaines au sein des organisations du modèle prescrit par la théorie rationaliste. À travers cette découverte, les auteurs qui ont développé la théorie ont cherché tout d’abord à montrer qu’en fait la bureaucratie n’est pas aussi efficace que le voulait le modèle rationaliste; ils ont tenté ensuite de faire l’analyse des raisons de cette inefficacité relative.

La théorie des dysfonctions peut être résumée dans le simple schéma suivant: des décisions prises dans une perspective rationnelle entraînent toujours des chaînes de conséquences secondaires qui vont à l’encontre des buts poursuivis. La récurrence de cette logique aboutit à la stabilisation de «dysfonctions», c’est-à-dire de propriétés négatives stables, tout aussi caractéristiques d’une bureaucratie que ses capacités rationnelles d’action.

La naissance de la théorie des dysfonctions a été considérablement stimulée par la découverte de l’importance du facteur humain dans les entreprises à partir des expériences de Mayo. Mais elle a aussi correspondu à un cheminement intellectuel issu de la discussion sur les fins et les moyens qui, au cours des années trente, faisait écho, dans un cadre plus large, à la discussion révolutionnaire antérieure sur les risques bureaucratiques. C’est Robert K. Merton qui a ouvert la voie dans un article célèbre publié en 1936 sur les conséquences inattendues d’une action dirigée vers un but. Dans cet article, Merton démontrait que la discipline nécessaire pour obtenir dans un cadre bureaucratique le comportement standardisé jugé indispensable à la réalisation des objectifs poursuivis entraîne chez les fonctionnaires un déplacement des buts (ils considèrent comme une fin ce qui ne devrait être qu’un moyen), qui se traduit par un comportement ritualiste. Il en résulte une très grande rigidité qui interdit aux fonctionnaires de répondre aux exigences concrètes de leur tâche et développe parmi eux un esprit de caste qui les sépare du public. D’où, finalement, une très grande inefficacité dans la poursuite des buts officiellement recherchés.

Les recherches empiriques conduites ultérieurement, surtout au cours des années quarante, par nombre de sociologues américains ont prouvé la validité de cette analyse et ont permis d’en mettre en évidence le postulat de base que l’on pourrait résumer ainsi: le «modèle bureaucratique» d’action imposé à l’organisation bureaucratique crée des rigidités de comportement, des difficultés d’adaptation et des conflits entre dirigeants et exécutants, entre exécutants et public, qui suscitent un besoin de contrôle et de réglementation, si bien que les conséquences inattendues et dysfonctionnelles du modèle bureaucratique tendent finalement à renforcer son emprise. Un tel modèle a l’avantage de réduire les tensions créées par la subordination et le contrôle, mais, comme l’a montré Alvin Gouldner, il perpétue en même temps ces tensions et rend donc indispensable le recours à la subordination et au contrôle.

2. Vers une nouvelle théorie de la bureaucratie

Les néo-rationalistes

Les premiers théoriciens de la rationalité bureaucratique avaient accepté, sans la mettre en doute, l’expérience des ingénieurs tayloriens qui ne considéraient pas les membres d’une organisation comme des êtres libres mais comme de simples rouages de la machine. Les théoriciens des dysfonctions s’appuyaient avant tout sur une analyse des éléments affectifs du comportement.

Le renversement de perspectives, qui s’est amorcé à la fin des années cinquante, s’est opéré à partir de la reconnaissance du caractère libre et actif de chaque agent humain au sein d’une organisation. Cet élargissement humaniste a permis paradoxalement un retour au rationalisme dont les fondements sont, d’une part, une théorie nouvelle de l’action et, d’autre part, une théorie nouvelle du pouvoir.

La nouvelle théorie de l’action est le fruit d’une très longue pratique de méthodes nouvelles et plus scientifiques de prise de décision, qui ont permis d’introduire un nombre croissant de facteurs contingents dans ce qui apparaissait comme un univers complètement déterministe. C’est Herbert Simon qui a été l’inspirateur intellectuel de ce renversement. Il a très vivement et pertinemment critiqué le principe du one best way – une fois le but fixé, il y a toujours un seul meilleur moyen (à découvrir par les ingénieurs) pour y parvenir – et il lui a substitué le concept de rationalité limitée. L’homme ne peut parvenir à la rationalité absolue, limité qu’il est théoriquement par d’insolubles problèmes d’ordre cognitif, et, pratiquement, par le coût même de l’information. La découverte de l’existence de ces facteurs limitatifs permet de rétablir l’analyse rationnelle en la mettant à sa vraie place et de tenir compte des facteurs humains qui ne vont pas à l’encontre de son exercice, mais en déterminent simplement le cadre. Dans cette nouvelle logique, l’organisation hiérarchique monocratique n’apparaît plus comme l’incarnation de la rationalité, mais comme un expédient de moins en moins utile.

La nouvelle théorie du pouvoir vient à la fois des recherches expérimentales sur les groupes et de la théorie des jeux. Des politologues comme Robert Dahl, James March l’ont développée dans une perspective instrumentale.

Michel Crozier en a tenté une transposition sur un plan sociologique plus large et s’en est servi comme point de départ d’une théorie nouvelle des formes bureaucratiques. Le pouvoir d’un individu à l’intérieur d’une organisation dépend, selon lui, de sa capacité de contrôler une source d’incertitude déterminante pour la bonne marche de l’organisation. La lutte pour le pouvoir domine le jeu des rapports humains au sein d’une organisation.

L’organisation peut répondre à ce problème, soit en figeant les rapports de pouvoir par des structures rigides, soit en trouvant le moyen de maintenir, à travers des équilibres fluides, le minimum de cohérence nécessaire. La première solution correspond aux formes d’organisation bureaucratique. Systématisant le sens populaire du terme, Crozier définit une organisation bureaucratique comme une organisation qui ne peut ni se corriger facilement en fonction de ses erreurs, ni innover ou s’adapter sans crise aux transformations de son environnement.

Cette forme d’organisation peut être considérée comme une structure de protection des individus. Elle leur assure le minimum de sécurité indispensable dans leurs rapports avec leurs semblables à l’occasion des activités coopératives coordonnées nécessaires à la réalisation de leurs buts.

La bureaucratie, phénomène culturel

Les différences extrêmement sensibles entre les appareils administratifs de sociétés pourtant parvenues au même degré d’industrialisation et très proches par leur culture, comme les sociétés européennes, n’ont pas manqué d’attirer l’attention des chercheurs. Alexis de Tocqueville, le premier, avait mis en relief les particularités de l’administration française, liées au système social de ce pays et aux choix politiques effectués par ses dirigeants. Mais la veine comparatiste qu’il avait si brillamment illustrée n’avait guère été exploitée jusqu’à présent.

Ce domaine de recherche est toutefois revenu à la mode avec les travaux ethnologiques et les études de science politique. S. M. Eisenstadt, reprenant la tradition de Weber, a présenté une analyse systématique des modes d’organisation propres aux grandes sociétés politiques de l’histoire. Tous ces travaux toutefois sont restés limités au thème de l’administration publique et n’ont que très marginalement touché le problème plus profond des organisations en général.

Crozier a présenté quelques hypothèses très générales relatives au modèle français d’organisation bureaucratique, fondées sur l’isolement des individus et des catégories, la peur du face à face et une attitude ambivalente vis-à-vis de l’autorité. Les Français, selon lui, s’en remettent à un système d’organisation impersonnel et centralisé dans la mesure où ils ne peuvent pas supporter le degré d’autorité universelle et absolue qu’ils jugent cependant indispensable au succès de toute action coopérative. Les dysfonctions bureaucratiques qui existent dans d’autres pays résultent de difficultés différentes. Aux États-Unis par exemple, elles se sont développées autour des procédures légales qui constituent le seul mode de règlement possible des conflits soulevés par la concurrence, et, dans l’ex-U.R.S.S., autour des cercles vicieux de suspicion et de contrôle que déclenchent forcément la gestion monopolistique de chaque unité et l’absence d’informations indirectes sérieuses.

Le développement d’une nouvelle logique d’organisation

Les nouvelles théories de l’action élaborées à partir des années soixante et soixante-dix étaient restées minoritaires. Elles n’avaient pas vraiment ébranlé le modèle rationaliste dominant. Tel n’est plus du tout le cas dans un nombre croissant d’activités depuis le début des années quatre-vingt. Le modèle rationaliste était étroitement lié à la logique de la rationalisation inhérente au modèle de société industrielle dominant. L’évolution accélérée vers un modèle de société postindustrielle très différent le rend de moins en moins pertinent. Cette société se caractérise par la prédominance des activités de service, le développement des réseaux de coopération, l’importance stratégique de l’innovation aussi bien dans la haute technologie que dans les services. Les grandes organisations bureaucratiques typiques de la société industrielle s’adaptent mal à cette évolution. Les petites et moyennes organisations reprennent l’avantage dans la mesure où elles sont plus souples et de ce fait plus capables de s’adapter et d’innover. Mais si le gigantisme apparaît condamné, la marche vers la complexité s’accélère. Le modèle bureaucratique semble incapable de gérer cette complexité qui le dépasse, d’où une mise en question des principes et des pratiques d’organisation, particulièrement dans les business schools américaines. La ressource humaine devenant la ressource rare, principes et pratiques doivent être repensés en fonction de son meilleur emploi: la simplicité des structures et des procédures commence à être considérée comme la meilleure réponse à la complexité; elle requiert l’autonomie des unités opérationnelles et le développement de cultures d’organisation plus fortes, capables de soutenir des agents plus autonomes.

S’appuyant à la fois sur les nouvelles théories de l’action et sur des travaux empiriques nouveaux, de nombreux auteurs annoncent la fin de la bureaucratie classique et proposent des voies nouvelles. Ce sont des essayistes et des consultants comme Peter Drucker, Alvin Toffler, Hervé Serieyx, Peters et Waterman, des spécialistes de management ou des sociologues comme Michael Maccoby, Rosabeth Moss Kanter et Michel Crozier.

bureaucratie [ byrokrasi ] n. f.
• av. 1759, répandu v. 1790; de bureau et -cratie
1Pouvoir politique des bureaux; influence abusive de l'administration. « la bureaucratie [était] modeste, la paperasserie raisonnable » (Duhamel) .
2L'ensemble des fonctionnaires considérés du point de vue de leur pouvoir dans l'État.

bureaucratie nom féminin Ensemble des fonctionnaires, des bureaucrates, considérés du point de vue de leur influence. Pouvoir des membres de l'appareil d'État ou d'un appareil administratif quelconque (d'un parti politique, d'un syndicat, d'une entreprise, par exemple). ● bureaucratie (expressions) nom féminin Théorie néolibérale de la bureaucratie, approche théorique développée au début des années 1970 par l'école du « public choice », qui considère que les institutions publiques n'ont pas un fonctionnement efficace et prône le recours au marché avec la privatisation des entreprises publiques.

bureaucratie
n. f.
d1./d Pouvoir excessif de l'administration.
d2./d Péjor. L'administration publique, l'ensemble des fonctionnaires.

⇒BUREAUCRATIE, subst. fém.
A.— Péj. Puissance excessive, pesante et routinière, de l'administration :
1. Trotsky abattu, le champ s'était trouvé libre devant la bureaucratie que Staline incarnait : la bureaucratie, c'est-à-dire la Russie éternelle.
MAURIAC, Mémoires intérieurs, 1959, p. 104.
P. ext. :
2. Il a créé dans la cellule une bureaucratie impossible, avec tout un système de plans minutés qui changent tout le temps, qu'on suit ou qu'on ne suit pas, mais il leur fait croire que c'est cela, le génie de l'organisation.
ABELLIO, Heureux les pacifiques, 1946, p. 156.
P. méton. Administration toute puissante :
3. Et alors, on refit des machines administratives, analogues à celles du vieil empire romain, bureaucratie à la Colbert, armées à la Louvois. Ces machines avaient l'avantage d'employer l'homme comme force régulière, la vie, moins ses caprices, ses inégalités.
MICHELET, Le Peuple, 1846, p. 170.
4. La diète est un bureau d'affaires pour la bureaucratie allemande; c'est à peine et de fort loin un corps politique.
GOBINEAU, Correspondance [avec Tocqueville], 1854, p. 215.
P. métaph. :
5. ... ils [les hommes de la Ligue des Droits de l'Homme] trahissant (...) par une trahison morose et sournoise (...) essayant de tout soumettre aux oppressions plates de la plus obtuse bureaucratie intellectuelle.
PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1263.
B.— Vie, condition, occupation d'employé de bureau (cf. bureaucrate B) :
6. Je parlais de Bour, mon vieux : il m'a révélé très clairement toute sa position; il n'a rien et rien à attendre. À part une vie odieuse à recommencer dans les bureaucraties, nous ne voyons d'autre sort que le mariage, qui pourrait l'en tirer.
MALLARMÉ, Correspondance, 1868, p. 291.
7. ... son père, né en 1811, tombé à la bureaucratie, petit employé médiocre, percepteur au Chêne-Populeux, où il s'était usé; ...
ZOLA, La Débâcle, 1892, p. 390.
P. compar. :
8. Une carrière (la vie conjugale), parfois une bureaucratie, dont rien ne nous distrait ni ne nous relève...
COLETTE, La Naissance du jour, 1929, p. 17.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — Av. 1759 mot créé par l'économiste Gournay [1712-1759]; 1764 (GRIMM, Corresp. litt., IV, 11 dans DG).
Dér. de bureau étymol. 2; suff. -cratie (v. -crate).
STAT. — Fréq. abs. littér. :44.
BBG. — DUB. Pol. 1962, p. 92, 169. — GOHIN 1903, p. 288.

bureaucratie [byʀokʀasi; byʀɔkʀasi] n. f.
ÉTYM. Mot créé par Gournay (mort en 1759), et répandu sous la Révolution (1790); de bureau, et -cratie.
1 Pouvoir politique des bureaux; influence abusive de l'administration. || La bureaucratie et la technocratie.
1 L'appareil législatif était beaucoup plus succinct, l'administration moins ramifiée, moins touffue, la bureaucratie modeste, la paperasserie raisonnable.
G. Duhamel, Inventaire de l'abîme, VII.
2 Chaque bureaucratie aménage (s'aménage) son espace. Elle le jalonne, le marque. Il y a l'espace fiscal, l'espace administratif, l'espace juridique.
Henri Lefebvre, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 296.
3 Ancien membre de l'exécutif de l'Internationale communiste, Souvarine était le plus avancé, le plus original aussi, dans sa critique de la bureaucratie stalinienne.
Raymond Abellio, les Militants, p. 62.
2 La bureaucratie : l'ensemble des fonctionnaires considérés du point de vue de leur pouvoir (notamment dans l'État). || Une bureaucratie paperassière (cit. 2).
4 Tous (ces hommes), ils appartiennent au même grand et seul parti de la bureaucratie.
Ch. Péguy, Situations, p. 158.
DÉR. Bureaucrate, bureaucratique.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем решить контрольную работу

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bureaucratie — Types de gouvernements Cette série fait partie des séries sur la politique Liste de formes de gouvernements Anarchie Aristocratie Autocratie Autoritarisme Bureaucratie Démocratie Despotisme …   Wikipédia en Français

  • bureaucratie — (bu ro kra sie) s. f. Pouvoir des bureaux. Néologisme très peu correct, rendu nécessaire par l influence de plus en plus générale que les bureaux, dans toutes les administrations, exercent sur toutes les entreprises.    Influence abusive des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Bureaucratie Mécaniste — Dans la Théorie des organisations, une bureaucratie mécaniste est une organisation qui met la standardisation des procédés au cœur de son système de fonctionnement. Les caractéristiques principales de la bureaucratie mécaniste sont : Tâches… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie mecaniste — Bureaucratie mécaniste Dans la Théorie des organisations, une bureaucratie mécaniste est une organisation qui met la standardisation des procédés au cœur de son système de fonctionnement. Les caractéristiques principales de la bureaucratie… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie Professionnelle — Dans la Théorie des organisations, une bureaucratie professionnelle est une organisation qui met la standardisation des compétences au cœur de son système de fonctionnement. D après Mintzberg, on entend par là une organisation dotée d une ligne… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie Céleste — Le terme bureaucratie céleste désigne une représentation des dieux de la religion chinoise qui les inscrit dans une sorte de hiérarchie comparable à celle des fonctionnaires et officiers de l’époque impériale. Il ne s’agit pas d’un système… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie celeste — Bureaucratie céleste Le terme bureaucratie céleste désigne une représentation des dieux de la religion chinoise qui les inscrit dans une sorte de hiérarchie comparable à celle des fonctionnaires et officiers de l’époque impériale. Il ne s’agit… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie mécaniste — Dans la Théorie des organisations, une bureaucratie mécaniste est une organisation qui met la standardisation des procédés au cœur de son système de fonctionnement. Les caractéristiques principales de la bureaucratie mécaniste sont : Tâches… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie byzantine — Institutions de l Empire byzantin L Empire byzantin eut un système complexe de bureaucratie et d aristocratie. La plupart des postes et des titres étaient purement honorifiques, l’empereur étant le seul dirigeant. Pendant les plus de mille ans d… …   Wikipédia en Français

  • Bureaucratie professionnelle — Dans la Théorie des organisations, une bureaucratie professionnelle est une organisation qui met la standardisation des compétences au cœur de son système de fonctionnement. D après Mintzberg, on entend par là une organisation dotée d une ligne… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”